Flash « Info vols » – piège à pilote : la licence

Flash « Info vols » – piège à pilote : la licence

La plupart d’entre-nous volent avec une licence PPL, sur laquelle est apposée une classe, la SEP (assortie du fait que ça concerne les avions « A » et terrestre « T »). Oui, oui, ils ont aussi prévu les planeurs, les hydravions, et les ballons et les soucoupes volantes.

Celui qui a décidé de la forme de ces licences a posé quelques pièges, pour tester la perspicacité des pilotes et les tenir toujours vigilants. En effet, bon nombre d’entre-nous prorogent leur licence par expérience tous les deux ans.

Il s’agit donc, dans la seconde année de validité de sa licence, d’avoir 12 heures de vol :

  • dont au moins 1 en double commande avec un instructeur en vue de la prorogation
  • dont au moins 6 en tant que commandant de bord
  • dont au moins 12 atterrissages ET 12 décollages (on ne sait jamais …)

Ensuite, pour proroger, on va sur SIGEBEL, le site de la DGAC, qui permet d’effectuer cette procédure en ligne depuis quelques années déjà. A la fin de la procédure, on vous délivre un numéro de transaction sous la forme « AM12345 » qu’il faut noter soigneusement (mais on peut de retrouver).

Puis, imprimer la page de confirmation et aller voir le FI qui a effectué le vol de prorogation, ou bien un FE, et lui faire noter ce numéro de transaction sur la licence, avec sa signature et la nouvelle date de validité. Assez simple en somme.

Sauf que, pour des raisons évoquées ci-dessus il y a encore un piège pour certaines licences. Le support physique (bout de carton) sur lequel est imprimée cette licence, peut avoir une limite de validité. Celle-ci est de 5 ans. Or la qualification de classe SEP est valable 2 ans. Dans le cas présenté ci-dessous, le FE s’est fait piéger, tout comme le pilote qui a, de bonne foi, volé avec une licence non valide pendant 1 an.

Et oui, ce pilote a obtenu son PPL en 2005, il a prorogé en 2007, 2009,2011. Là le support physique de sa licence a été remplacé et sa validité portée au 21/11/2016. Il a donc prorogé en 2013, 2015 et cette année-là, le FE qui a signé a évidemment rajouté deux ans à sa validité. Le pilote a donc volé jusqu’en novembre 2017. Sauf que le FE aurait du, s’il ne s’était pas fait piéger, limiter cette validité au 21/11/2016… Incroyable mais vrai, merci l’administration.

Heureusement la plupart des licences ont été modifiées et aujourd’hui il n’y a plus de limite de validité de support physique. Mais, preuve en est, il en reste quelques unes.

Vérifiez donc que vous n’avez pas de limite de validité de support physique et si tel est le cas parlez-en à votre instructeur qui fera le nécessaire auprès du bureau des licences à Aix, vous recevrez la licence en trois ou quatre jours chez vous (pensez à mettre à jour votre adresse sur Sigebel).

Enfin, concernant la prorogation de la qualification de classe SEP(T)A, il faut réunir les conditions évoquées ci-dessus dans la dernière année de validité de sa licence. Il est possible de proroger par expérience par anticipation, mais cela ne change pas la limite de validité de la licence et surtout cela n’avance pas le compteur des heures.

Un exemple plus parlant :

Monsieur Jeman Vole a une SEP valide du 1er avril 2016 au 31 mars 2018.
Il vole régulièrement et en mars 2017, il fait un voyage en Laponie, 6 heures de vol.
En été 2017, il vole régulièrement, fait quelques aller-retours à Gap pour manger de bons burgers, se fait lâcher à Barcelonnette par son instructeur préféré et en profite pour faire son vol de prorogation avec quelques pannes auxquelles il ne s’attendait pas du tout, il tente même la traversée vers Calvi pour manger les pieds dans l’eau à l’Octopussy, et effectue 8 heures de vol pendant que sa femme couve la seconde merveille du monde.
Sa radieuse femme accouche pour la seconde fois en août 2017, le bébé est en très bonne santé mais lui occupe toutes ses nuits pendant que l’aîné occupe ses journées et il se rend compte qu’aller voler va devenir compliqué pendant cet hiver. Il se dit donc qu’ayant effectué 14 heures de vol entre le 1er mars 2017 et le mois de novembre, il va pouvoir comptabiliser ces heures pour proroger sa licence.

Et bien NEIN, strengst verboten !

Il faut bien avoir effectué 12 heures de vol entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2018…

Et, il pourra avancer la date de fin de validité de sa licence s’il le souhaite (volant plus fréquemment en été, il se dit que proroger en octobre ou novembre pourrait être plus intéressant que fin mars, au début de la saison aéro, mais comme il n’aura pas les 12 heures dans la dernière année de validité de sa licence, il devra pour ce faire passer un test avec un FE… et demander expressément à faire avancer cette date.

J’espère que vous savez tout maintenant, cet article sera complété si nous débusquons de nouveaux pièges !

Question subsidiaire : quelle est la durée maximale pendant laquelle un pilote peut ne pas voler et réussir tout de même à proroger sa licence par expérience ?

Les commentaires sont clos.